Désinfection : notions et principales étapes pour assainir vos surfaces

Épidémie de gale, virus pathogène, infestation de punaises de lit… Vous avez décidé de procéder à une élimination de nuisibles ou de germes indésirables pour stopper ou encore prévenir d'une infection. La désinfection est la meilleure solution pour traiter votre appartement ou votre établissement professionnel. Car oui, particuliers comme professionnels peuvent être victimes d'une infestation. On peut citer la tuberculose de Bacille Koch qui se transmet en respirant simplement les bactéries présentes dans l'air et les poussières.

K GLOBAL, expert en désinsectisation et dératisation, revient sur les procédés les plus efficaces pour une opération de désinfection.

Désinfection : quelques notions de base

Que ce soit pour nettoyer des surfaces, des objets ou des locaux professionnels, il est important de savoir que les organismes porteurs d'agents pathogènes ne réagissent pas tous de la même manière. Les bactéries présentent de nombreuses caractéristiques physiologiques qui leur sont propres, mais elles vont aussi développer des particularités selon l'environnement où elles se trouvent.

Il y a également des zones plus à risques que d'autres, comme les cuisines et les salles de bain. Des terrains propices à la croissance des micro-organismes, augmentant les risques de transmission. Certaines surfaces et certains objets comme les matelas, les équipements sportifs et les vestiaires sont également plus à risques.

Ainsi, pour un nettoyage efficace des zones infectées, les désinfectants et les détergents sont des mesures efficaces. Pour obtenir de meilleurs résultats, mieux vaut combiner l'usage de produits actifs avec l'action mécanique : frotter ! À noter cependant que la température et le pH de l'eau, la présence d'alcalin et de minéraux peut altérer l'efficacité des produits. En somme, la désinfection, c'est toute une science.

Les principales étapes d'une désinfection

Avant la désinfection, le nettoyage

Il y a toujours une première phase d'hygiène fondamentale : le nettoyage. Il permet de retirer une grande partie des germes et limite leur prolifération. La poussière, l‘eau, les matières organiques et la saleté sont des éléments propices à leur dispersion et à leur croissance.

L'étape de la détersion

On utilise des détergents pour enlever les principales salissures. Des solutions à base de composants actifs qui vont agir sur les matières organiques extérieures comme les graisses ou les peaux mortes.

L'étape de la désinfection

C'est en troisième étape qu'intervient l'utilisation d'un désinfectant pour parfaire la désinfection. Selon le désinfectant, il peut y avoir trois types de résultats :

  • Stopper la croissance des micro-organismes en empêchant leur multiplication.
  • Tuer les germes (bactéricide).
  • Prévenir la recolonisation des micro-organismes sur la surface nettoyée.

Désinfection : utilisation de détergents et de désinfectants

Ce sont des produits de nettoyage en majorité utilisés par les industries agro-alimentaires, le milieu hospitalier, l'hôtellerie et la restauration. Dans les métiers du bâtiment, des produits chimiques sont également employés. On peut citer les désinfectants à base de sels ammonium quaternaire pour tuer les champignons parasites.

Le désinfectant va pouvoir être appliqué sur les sols, les murs, les conduites d'eau, les poignées de porte, les interrupteurs… toute zone à risque. On peut citer l'hypochlorite de sodium (eau de javel), le dioxyde de chlore, les composés phénoliques, l'alcool, le chlorite de sodium, les hypochlorites (état d'oxydation du chlore). À l'inverse, les antiseptiques sont adaptés à l'Homme. Ils sont utilisés par le personnel des établissements hospitaliers et sont appliqués sur les patients.

Des méthodes chimiques qui se différencient des méthodes physiques comme la lumière ultraviolette. En définitive, il existe de nombreuses méthodes et toute une liste de produits actifs efficaces pour une désinfection.

Toutefois, il est important de demander conseil avant d'utiliser ces solutions chimiques car elles ne sont pas sans risques. Intoxication, irritation, réaction allergique, affection cutanée, muqueuse oculaire et bronchique… des précautions sont à prendre, notamment en portant des gants à longue manchette pour éviter le contact du produit avec les mains.

Quelles différences entre une désinfection et une stérilisation ?

Désinfection et stérilisation n'utilisent pas les mêmes procédés et n'atteignent pas les mêmes germes.

La désinfection va agir sur l'élimination de germes pathogènes causés par des micro-organismes, mais n'agira pas sur les formes microbiennes comme les spores bactériennes. Les spores bactériennes, plus volatiles, peuvent être présentes sur des objets et dans l'air. Il existe plusieurs types de désinfections, certaines méthodes se rapprochent même de la décontamination. À titre d'exemple, en cas de désinfection chimique, on utilise des biocides dans les désinfectants. Ils seront efficaces sur des bactéries comme les staphylocoques et les streptocoques, mais aussi sur des anti acariens (en cas d'épidémie de gale par exemple). Pour les patients, on utilise les antiseptiques pour leur action bactéricide.

La stérilisation quant à elle, traite tout objet (instrument médical) ou appareil qui peuvent être stériles. La stérilisation va tuer l'ensemble des micro-organismes ainsi que les spores bactériennes. On peut utiliser la chaleur, le gaz oxyde d'éthylène, l'ozone, le rayonnement ou encore le peroxyde d'hydrogène gazeux. On peut prendre l'exemple de l'eau à potabiliser, en la faisant bouillir pour éliminer les bactéries.

Le saviez-vous ? Au début des années 1910, on utilisait la verdunisation pour le traitement de l'eau. Ce procédé a lieu par chloration, que l'on retrouvait notamment dans le gaz de combat. Cette solution était largement appliquée jusque dans les années 60, où les autorités sanitaires se sont aperçues que le chlore gazeux avait des effets négatifs, comme la propagation du virus de la poliomyélite. Aujourd'hui, on retrouve cette technique dans les produits ménagers, les désodorisants, le milieu hospitalier (cliniques et hôpitaux), les agents de blanchiment (pour le tissu, la pâte à papier), les piscines ou encore dans certains puits. Une faible quantité est encore ajoutée dans les réseaux d'eau potable.

Recommandations sur la dilution des produits

Les professionnels sont à même de préparer des solutions de désinfection pour le nettoyage des surfaces contaminées. Ils doivent suivre des recommandations et prendre de nombreuses précautions. Ils doivent respecter des dosages précis et s'appuient notamment sur des tableaux de dilution pour composer des nettoyants et des antiseptiques aqueux. On peut citer l'antiseptique chlorhexidine qui un antiseptique actif bactéricide.

Bon à savoir : il ne faut jamais mélanger les produits de natures différentes. Par exemple, un détartrant comme l'acide avec un produit de base comme l'eau de javel (teneur en chlore actif de 100 ppm). Une mauvaise dilution peut provoquer des dégagements de vapeurs dangereuses (gaz toxique), mais aussi des risques d'incendie.

Pour les particuliers, il existe des désinfectants et des détergents que l'on peut se procurer aisément en commerce. Des produits sous forme de vaporisation, des recettes naturelles à base de vinaigre blanc, des solutions alcooliques… les conseils ne manquent pas pour préparer vous-même des recettes maisons aux propriétés antibactériennes. Moins concentrés, ils sont adaptés à une utilisation plus modérée pour la désinfection de votre maison.

© 2020 K-Global. Tous droits réservés - Réalisé par l'agence E-deo Com' www.e-deocom.com